Portrait de Selma Paiva, auteur du livre « Internet est une table pour deux »

J’ai découvert Selma sur son blog puis lors d’une conférence en ligne sur le marketing de contenu. Séduite par son approche du « marketing autrement », j’ai découvert en effet un discours différent, plus moderne et pratico-pratique du marketing sur le web !

Il y a quelques semaines, lors du lancement de son livre [amazon_textlink asin=’B01MS6MV0G’ text=' »Internet est une table pour deux » ‘ template=’ProductLink’ store=’httpswwwdig0c-21′ marketplace=’FR’ link_id=’18db13f6-2391-11e7-b7b4-83fc5e8f5bd4′] je l’ai contactée sur Facebook pour lui proposer une interview Portrait d’entrepreneure ! Elle nous délivre en plus quelques petits secrets pour se démarquer et faire la différence sur la toile… Et si vous ne l’avez pas encore fait, je vous encourage à dévorer son livre sans délai ! Vous allez kiffer vous aussi !

Merci Selma pour cette interview pleine de pépites !

 

Bonjour Selma, peux-tu te présenter en quelques lignes et nous dire ce que tu fais ?

Je m’appelle Selma Païva, et vous pouvez me retrouver sur Selmapaiva.com

J’accompagne les entrepreneurs qui sont déjà en activité au niveau de leur stratégie de contenu, le fameux « content marketing ».

Le marketing de contenu peut recouvrir pas mal d’outils : mon travail porte sur 3 piliers complémentaires – blog, email marketing et pages de vente !

Concrètement,  j’apprends à mes clients à utiliser leur contenu stratégiquement plutôt que d’en produire au kilomètre. Du contenu qui les démarque de la concurrence mais qui surtout fait la différence dans la vie de la personne qui lit. Qui l’impacte. Qui la fait progresser dans sa vie à elle.

Et bien sûr qui aide l’entrepreneur en question à affiner son positionnement. Pour faire passer le bon message. Aux bonnes personnes. Et fluidifier ses ventes.

 

Quelle est selon toi ta différenciation ou ta valeur ajoutée, ce que tu apportes à tes clients ?

Tu sais récemment j’ai reçu un mail qui me disait que de plus en plus de marketeurs avaient un « discours bio », marketing authentique à la sauce du commerce équitable…mais que quand on grattait un peu, on se rendait compte que ce n’était que de la poudre aux yeux. Et que ce n’était pas mon cas.

J’ai trouvé ça très vrai 😀

Pour commencer, ma valeur ajoutée est liée aux besoins de mes clients. Ce sont des entrepreneurs déjà en activité. Ils ont 1.001 idées à la minute. Ils ont déjà une communauté, du trafic, du contenu qui plaît. Ça marche déjà, ils veulent faire mieux.

Maintenant ce que je leur apporte dépend ce qu’on compare :

  • Par rapport à d’autres webmarketeurs : je n’aborde pas les réseaux sociaux ni l’acquisition de trafic. Je forme et j’accompagne mes clients sur leur stratégie de contenu au niveau de leur blog, mails et pages de ventes pour avoir plus d’impact avec ce qu’ils ont déjà (ça peut impliquer cela dit un nouveau produit ou service, mais pas forcément)
  • Par rapport à d’autres façons de travailler : j’aide à affiner le pourquoi, mais le cœur de mon travail c’est le comment. Je forme à une méthode. J’accompagne pas à pas, et dans le détail sur le comment affiner un message, comment le faire passer de la bonne manière, aux bonnes personnes pour mieux cibler ses clients, mieux vendre ses produits et services. Si on élabore une stratégie par exemple, je me retire quand on a l’a appliquée et donc bouclé la vente du produit en question.
  • L’outil que mes clients apprennent à manier : c’est le contenu. Je n’aborde pas du tout le côté technique d’un blog ou d’un fournisseur de service mail par exemple, ni le fonctionnement d’un plug-in. Ce que je décortique, c’est le fonctionnement de l’être humain et l’utilisation des mots, du contenu en fonction de ce qui se passe dans la tête du lecteur/abonné/client pour l’aider à progresser.

 

Tu viens de lancer ton livre « Internet est une table pour deux » qui parle des changements du webmarketing, peux-tu nous en dire un peu plus ? Quelle est ta vision du webmarketing aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le webmarketing change !

 

En fait après 60 ans de consommation et de communication de masse, l’ère du marketing traditionnel touche à sa fin. Enfin !

Acheter pour acheter, c’est le haut le cœur généralisé. En tant que  vendeur, ou en tant que client, je crois que nous avons tous déjà ressenti ça.

Ce n’est pas qu’on veuille consommer moins, c’est surtout qu’on veut consommer mieux.

Ce n’est pas qu’on veut arrêter de vendre, c’est qu’on veut le faire bien.

Or avec le développement formidable de la production d’abord et des possibilités de diffusion après, on s’est perdus dans un dédale d’outils. Et on cherche la sortie !

Car si on ne se laisse pas leurrer par la technologie, la webosphère est un bazar à l’ancienne. Où il ne sert à rien de crier plus fort que les autres. Et où la conversation et la relation reprennent graduellement leurs places de piliers qu’elles n’auraient jamais dû quitter.

[amazon_textlink asin=’B01MS6MV0G’ text=' »Internet est une table pour deux » ‘ template=’ProductLink’ store=’httpswwwdig0c-21′ marketplace=’FR’ link_id=’18db13f6-2391-11e7-b7b4-83fc5e8f5bd4′] car si on en enlève l’écran, on est assis chacun d’un côté de la table, thés ou café fumants au milieu.

Et que font 2 humains attablés ? Ils parlent, ils s’écoutent, ils apprennent à se connaître !

Le webmarketing de demain, c’est le retour à un web plus personnel.

Ça change quoi, du coup, pour les entrepreneurs ?

Et bien justement le livre explique ce que remettre l’humain au cœur du marketing veut vraiment dire. Ce que ça implique. Et comment faire pour y arriver.

 

Comment se démarquer aujourd’hui sur la toile et lancer son activité grâce au webmarketing ?

Là où Sartre écrivait « L’enfer, c’est les autres », je crois plutôt que « le paradis, c’est les autres ».

Se démarquer, c’est se démarquer par rapport à d’autres, dans un éco-système. Je vois 3 éléments-clefs :

  • Le premier, c’est les clients. C’est en se passionnant pour ses clients qu’on peut apprendre à lire dans leurs pensées pour y choisir des points de différenciation pertinents. On ne peut pas jouer aux devinettes dans ce type de démarche, on ne peut que jouer au détective et retrousser ses manches.
  • Le 2ème, c’est la concurrence. Car si ce mot donne facilement des sueurs froides reste que c’est par rapport à d’autres qu’on fait la différence. Difficile à accepter quand on a un tempérament d’électron libre qui a du mal à se reconnaître dans ce qui se fait déjà ailleurs. Reste que le lecteur et client lui, compare. Et qu’il a besoin de comparer pour choisir. On a vraiment besoin de comparer je veux dire : les études sur le comportement montrent que quand on a plusieurs choix, on va procéder par élimination d’abord pour garder les éléments qu’on peut comparer parce qu’à ce stade le processus de décision devient plus facile.
  • Le 3ème élément, c’est soi-même. Or être vraiment soi, ce n’est évident du tout car on ne sait généralement pas ça d’emblée. On est dans une culture où il y a certains traits de personnalité, certaines compétences, par exemple, certaines particularités qui sont valorisées. Le reste peut apparaître comme une faiblesse, un défaut alors que ça n’est pas forcément le cas ! Connaître ses points forts et ses traits de personnalité marquants permet donc de mettre en place un vrai positionnement et choisir avec discernement parce qu’en fonction de qui on est, on ne réfléchit pas de la même manière, on apporte quelque chose de différent à nos clients.

Pour aller plus loin, je recommande cet article sur les 7 pas à suivre pour réussir son content marketing. Il y a plein de bons conseils dedans 🙂

 

Quels sont les 3 kiffs que tu retiens dans ta vie d’entrepreneure aujourd’hui ?

A ha ! Alors :

  • Kiff 1 : Avoir mon bureau à la maison. Peut-être que ça me lassera, mais ce n’est toujours pas le cas. J’adore ne pas avoir de trajet, et passer l’essentiel de la journée dans le silence. Je suis quasiment incapable de travailler s’il y a d’autres personnes à côté.
  • Kiff 2 : Choisir les personnes avec qui je travaille : on m’a souvent dit dans le « monde du travail » qu’on n’était pas là pour se faire des amis. Pendant les études oui, mais quand tu travailles après non ? Je n’ai jamais compris ça, c’est d’une tristesse ! Être entrepreneur, c’est super pour ça : c’est toi qui choisis les gens que tu rencontres, les collègues avec qui tu travailles, les clients que tu prends…Et quand tu as une bonne stratégie de contenu haha, c’est ton contenu qui te prémâche ce travail là
  • Kiff 3 : Je lis et j’écris beaucoup, je donne des conseils. Et on me paie pour ça. Le pied !

 

Quel est ta devise ?

Internet est une table pour deux !

 

Quels sont tes prochains défis, tes rêves (perso ou pro) à réaliser ?

Mon livre venant de sortir, c’est pour moi un projet à long terme que de le faire connaître pour diffuser une autre vision du commerce et du webmarketing.

Merci beaucoup Nathalie de m’avoir invitée chez toi !

 

Entrer en contact avec Selma

→ Son site web : Selmapaiva.com

→ Sa page Facebook : selmapaivaconseil

 

Acheter son livre sur Amazon (lien affilié)

[amazon_link asins=’B01MS6MV0G’ template=’HAPPY-ProductGrid’ store=’httpswwwdig0c-21′ marketplace=’FR’ link_id=’a330968d-2391-11e7-8974-7f4b0a3752c5′]

 


Partagez votre commentaire sur Facebook

2 thoughts on “Portrait de Selma Paiva, auteur du livre « Internet est une table pour deux »”

  1. Quelle pêche ! Je trouve que Selma a un discours vraiment très pédagogique, c’est un talent appréciable. J’aime moi aussi le silence complet – rien de mieux pour bosser sans stress !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *